20.10.17

La Manita

Désolé pour mon silence les amis, je profitais de quelques jours de vacances en Corse, loin des frontaliers, des banquiers privés et des Lausannois qui envahissent la cité de Calvin pour un meilleur salaire. Bref, merci pour vos commentaires et votre patate, vous faites plaisir ! Eh oui, magnifique Roger Federer qui a signé ce dimanche à Shanghai une cinquième victoire de suite et un cinglant 7 sets à 0 ! face à son meilleur ennemi. Une toute première dans sa fabuleuse carrière et une nouvelle ligne dorée en cette saison presque parfaite : le Maître remporte ainsi son troisième Masters 1000, le tout agrémenté de deux Grands Chelems et de son traditionnel tournoi de Halle, qu'il gagne neuf fois sur dix... Oui oui, ça fait donc six tournois cette année, comme à sa grande époque ! Et la saison indoor vient tout juste de démarrer...

Une Manita en forme de gifle tant le Bâlois a dominé Popeye dans tous les domaines, notamment sur sa mise en jeu où l'homme aux 19 Majeurs s'est montré impérial. Comme l'a relevé Thierry Fangio dans son excellente analyse, depuis que Rodgeur ne se fait plus maltraiter sur terre battue par l'ogre de Manacor, il a retrouvé une confiance et une sérénité face à la Momie. Une Manita qui, il faut bien l'avouer, a quand même un petit arrière goût en bouche. Car cette Manita, putain de merde, aurait dû avoir lieu sur le court Arthur Ashe un certain 8 septembre 2017. Oui je sais, je suis peut-être un peu trop gourmand et certainement très aigri mais, finalement, on n'y était pas si loin...


Je suis même certain que sans ce satané Masters 1000 de Montréal, où le Rodg a trop tiré sur la corde, on aurait savouré à Shanghai une roue de vélo entre l'artiste suisse et le bodybuilder espagnol, et on serait en train de s'extasier sur le retour du GOAT sur le trône à grands coups d'enflammades et d'envolées lyriques... Mais bon, on ne va pas faire la fine bouche, tel un Harvey Weinstein qui  – non content d'être multimillionnaire et surpuissant  – veut encore se taper la moitié des actrices d'Hollywood, et être déjà plus qu'heureux de cette saison hors du commun, et ceci pour un mec de 36 ans qui revient d'une pause de six mois et d'une saison blanche !

Voilà les gars, on attaque désormais le sprint final de cette saison vintage où les vieux ont démoli les jeunes, où le duo Federer – Nadal a signé un come-back hallucinant, digne des plus grands. Digne d'eux, tout simplement. On se réjouit du tournoi de Bâle, de Paris-Bercy (si le Maître y participe...) mais surtout du Masters de Londres, lequel pourrait nous offrir la plus belle des apothéoses ! Dieu est suisse, ne l'oublions pas et profitons-en les amis ! 

15 Comments:

At 20 octobre, 2017 08:22, Blogger Patrick de Montmollin said...

Merci !!!

 
At 20 octobre, 2017 09:16, Anonymous Larissa said...

Ahhhh enfin un com. Pour moi même si cette saison n'est pas encore terminée, elle est plus que belle, et de voir que les deux compères ont fait fifty fifty dans les 2 grands chelems n'est pas pour me déplaire, et à vrai dire, c'est ce que je souhaitais. Souhaits réalisés donc. Ne rumine pas trop ta déception d'un Federer/Nadal en demi de l'uso Marc, d'autant qu'avec des si on refait toujours l'histoire. Et cette histoire de 2017 est juste... une tuerie.

 
At 20 octobre, 2017 12:06, Blogger Patrick de Montmollin said...

Excellente seconde version !!!

 
At 24 octobre, 2017 17:40, Blogger Patrick de Montmollin said...

Joli moment avec Marco Chiudinelli lors de son dernier match de simple sur le circuit.
Sinon Rodgeur n'a pas très envie d'aller à Bercy.
Reste à voir si Nadal ira s'y cramer ou se conservera pour le Masters.
Pour la place de numéro 1 mondial, il reste 2 possibilités pour Roger s'il ne va pas à Bercy :
1. Gagner Bâle et le Masters + Nadal forfait aussi à Bercy ou n'y gagne aucun match et ne gagne aucun match au Masters.
2. Idem, mais Nadal forfait le reste de l'année.
Bref, sans Bercy pour Federer, on peut partir du principe que c'est cuit pour le Numéro 1 en fin d'année. Ça me déplairait dans la mesure où déjà en 2012 il a laissé filer cette place en fin d'année dans des rapports de points analogues....

 
At 25 octobre, 2017 19:54, Anonymous Anonyme said...

Maaaarrrc! Magnus n’est plus l’entraîneur de Staaaaan!!

 
At 25 octobre, 2017 21:53, Blogger Patrick de Montmollin said...

Ho non 😧

 
At 27 octobre, 2017 09:35, Blogger Patrick de Montmollin said...

Martina prend sa 3ème retraite...

 
At 28 octobre, 2017 00:23, Blogger Thierry Fangio said...

Nadal même diminué vient jouer Bercy. Il veut absolument sa place de numéro un à la fin de l'année le Comanche.

Pour comparer avec les autres années. En 2012, Rodgeur perd une finale accrochée contre Delpo à Basel avant de déclarer forfait dans la foulée à Bercy. A l'époque, il avait en face de lui un Djoko qui devenait injouable, qui ne laissait plus rien aux autres et qui allait forcément finir numéro un. Ce Nadal 2017 n'est pas injouable en indoor, c'est juste un mec qui gagne des matchs dans un désert absolu de concurrence. C'est qui son premier top player à Paris dans son tableau ? Zverev ou Dimitrov en demi ? Avant c'est encore un ATP 250 pour la vieille Momie... En 2013, Rodgeur perd également une finale accrochée à Basel contre Delpo mais s'aligne à Paris car il a besoin de points ATP pour assurer sa participation au Masters (il a été gêné par son dos tout l'été). Il fera demi-finale contre l'injouable Djoker, comme quoi il pouvait quand même enchaîner à 32 berges...

Je pense que pour cette année ça dépendra beaucoup de l'intensité de son week-end bâlois. Si demi et finale expédiées, il va penser à venir à Paris malgré un tableau pas facile comparé à l'imposteur de Rafa. Si il vient, ça sera pour gagner le tournoi. S'il se sent fatigué et pas capable de gagner Bercy, il ne viendra pas. Surtout qu'avec la présence du Comanche et de son tableau en mousse, la place de numéro un devient de plus en plus hypothétique...

Le Masters avant tout ! Vous verrez à Londres que Nadal ira en finale sans le moindre niveau de jeu car les autres du top8 sont hors de forme. Il y retrouvera le Maître pour déterminer qui est le big boss de 2017. Et le Maître le pulvérisera en deux sets avec une roue de bicyclette au passage comme en poule en 2011...

 
At 28 octobre, 2017 00:24, Anonymous Anonyme said...

Del Potro, Cilic, Federer, Goffin,... C'est juste moi ou est est-ce que les demi finales de l'ATP500 de Bale ont une meilleure gueule que celles du GC de l'US Open ?

 
At 28 octobre, 2017 19:18, Anonymous Anonyme said...

D'un côté, DelPo/Nadal et Anderson/Carreno Busta de l'autre DelPo/Cilic et Federer/Goffin
La demi de Bâle est plus digne d'un tournoi du GC que la demi de l'US Open !
Et la finale DelPo/Federer à Bâle plus exaltante que celle de l'US Open !

 
At 28 octobre, 2017 19:33, Anonymous Trop-d'la-Balle said...

DelPotro a battu Fed à l'US Open mais Fed a battu DelPotro à Shanghaï.
Un partout la Bâle au centre!☺☺

 
At 29 octobre, 2017 18:04, Anonymous Trop-d'la-Balle said...

Le Maestro a gagné le tournoi de Bâle! Le temps que Marc redescende sur terre, on devrait avoir un article juste après le Masters de Londres!☺

 
At 29 octobre, 2017 18:46, Blogger Patrick de Montmollin said...

C'est trop dla balle !

 
At 29 octobre, 2017 21:12, Blogger Thierry Fangio said...

Une finale vraiment moyenne par rapport au niveau potentiel des deux finalistes de cette cuvée 2017 dû probablement à des physiques bien entamés. Déjà Del Potro faudra m'expliquer comment il a réussi son dernier mois sans la moindre pause : Huitième à Pékin contre Dimitrov, demi à Shanghai contre Roger, titre à Stockholm contre Dimitrov et à nouveau finale à Basel. Il marche au kérosène le grand nounours ou quoi ?

Quant à Rodgeur, on l'a senti gêné tout au long de cette finale, pas dans son assiette, et qui contrairement à d'habitude s'est beaucoup agacé sur des points ratés facilement. A la gueule de cette finale de merde, son excuse (bidon ou pas) de mal de dos donné à cet imposteur de Forget tient la route. Il est fatigué et il lui faudra du repos pour espérer remporter enfin un 7ème Masters. En attendant, c'est son 7ème titre de l'année avec 2 GC, 3 M1000 et 2 500... à 36 berges. Putain chapeau Papy. Hormis son été foireux sur le ciment américain, le Maître aura survolé la saison. Nouvel objectif en 2018 : devenir numéro un mondial en jouant moins de huit tournois par an ? Les autres sont tellement ridicules depuis leur lit d'hôpital que pourquoi pas finalement...

Aussi, ce qui fait plaisir à voir, c'est que même diminué, Rodgeur n'a rien lâché et est allé chercher son 8ème Basel à l’arrachée après plus de 2h30 de combat. On sait que lorsque sa Majesté est moins bien physiquement elle a souvent du mal à se faire violence et elle laisse filer inexorablement quand un Djoko ou un Nadal sont capables de gagner sur une jambe. Gagner Bâle dans ses conditions a peut-être encore plus de valeur au final...

L'autre grande nouvelle du jour, c'est son forfait à Paris-Bercy. Le tournoi déjà privé de nombreux top player cette année se rapproche de plus en plus d'un ATP 250 en fin de saison. Ca fera plaisir à cet abruti de Forget, ce mafioso de Guidicelli et tous ces guignols à la FFT qui se branlent avec rien. Vous avec eu un Roland-Garros 2017 à chier. Préparez-vous à un Bercy à gerber. Évidemment, tout ça fait les affaires du célèbre Comanche qui sur un malentendu va enfin pouvoir conclure à Bercy ? En tout cas, il a un tableau sur mesure pour cela. Je le vois bien en finale dimanche prochain contre un nobody...

Bon rendez-vous au Masters de Londres pour espérer revoir du vrai tennis. En attendant, relaxons nous (ou pas...) devant un nouveau tournoi de plage labellisé Masters 1000. Que cette saison 2017 est stupéfiante jusqu'au bout !

 
At 29 octobre, 2017 21:16, Blogger Thierry Fangio said...

PS : Désolé si j'ai certainement piqué un peu les thèmes que notre cher ami Marc Rosset va développer ici incessamment sous peu, une fois qu'il aura décuvé de sa semaine bâloise... mais d'un autre côté, on est tous un peu ici le vrai faux Marc Rosset ! Amen Rodgeur 95. Plus que Connors devant, putain !

 

Enregistrer un commentaire

<< Home